Fédération du Mérite Maritime

et de la Médaille d'Honneur des marins

Section Cotes d'Armor

 

Périple de Jean Guyomard

 Mon histoire n’est pas banale : je suis parti de Marseille à bord du chalutier à voiles MIRIANDE doté d’un petit moteur auxiliaire pour une campagne de pêche en Mauritanie. L’aller s’est passé sans problèmes. Le retour à été catastrophique. Arrivés à proximité du Cap Juby, nous nous sommes trouvés sans eau potable, sans gas-oil, sans vent et sans nourriture. Il ne nous restait plus que du poisson cru. Je me suis porté volontaire avec un autre matelot pour chercher du secours. De loin, la terre nous paraissait très proche et très hospitalière mais après deux bonnes heures à ramer dans un petit canot, l’accostage apparaissait de plus en plus risqué car de gros rouleaux déferlaient sur la plage. Notre seule solution était de tenter-le tout pour le tout. La réponse a été immédiate. Le canot s’est rempli d’eau et nous nous sommes retrouvés à l’eau, évitant de justesse la noyade. Quelques instants plus tard, nous étions sur le sable devant un arabe stupéfait de nous voir dans cet état. Cet homme, seul dans ce désert ne parlait pas un mot de français mais à l’aide de gestes nous avons réussi à nous faire comprendre. Notre sauveur a trouvé un téléphone et a prévenu un poste tenu par des militaires français. Nous avons rejoint ce poste distant d’une centaine de kilomètres à dos de chameau à travers le désert, périple long et difficile. Enfin à destination, nous avons été nourris et habillés par l’armée. Le chef de poste originaire de Rennes à fait le nécessaire auprès de la marine de guerre basée à Casablanca qui a diligenté un navire de guerre sur les lieux. L’équipage du  MIRIANDE  a été sauvé et nous avons pu le rejoindre à Agadir en charrette. » Tout est bien qui fini bien mais à 85 ans Je n’ai rien oublié. Impossible d’oublier ces chameaux et tout ce sable.